pollutionAvec les fortes chaleurs, la région fait face à d'importants épisodes de pollution atmosphérique. Comment se protéger et quelles mesures adopter ?

Qu'est-ce qu'un épisode de pollution de l'air ambiant ?

Il est défini comme la période au cours de laquelle le niveau d'un ou de plusieurs polluants atmosphériques dépasse ou risque de dépasser le seuil d'information-recommandation ou le seuil d'alerte propre à ces polluants.

Les polluants visés par les procédures sont :
- le dixoyde d'azote (NO2)
- l'ozone (O3)
- les particules en suspension de diamètre aérodynamique inférieur ou égal à 10 micromètres (PM10).

Les premières mesures réglementaires portent sur la réduction de la vitesse, le contournement des poids lourds en transit et la restriction de la circulation pour certains véhicules. Ces mesures de restriction de la circulation selon les classes de véhicules ou de circulation alternée sont mises en oeuvre à Paris et dans les autres départements d'Île-de-France à l'intérieur du périmètre délimité par l'A86 ( à l'exclusion de celle-ci). Les contrevenants à la mesure de restriction de la circulation ou à la mesure de circulation alternée sont passibles d'une amende, d'une mesure d'immobilisation du véhicule éventuellement suivie d'une mise en fourrière.
Plus d'informations sur la vignette Crit'Air

Recommandations sanitaires

Les recommandations sanitaires conseillent aux personnes sensibles et vulnérables de limiter leur exposition à la pollution atmosphérique en cas d'épisode de pollution car celle-ci peut contribuer au développement de pathologies chroniques comme l'asthme et les allergies respiratoires et en aggraver certaines. Les personnes vulnérables (femmes enceintes, nourissons, jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans ou souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, personnes asthmatiques) et les personnes sensibles (dont les symptômes apparaissent ou sont amplifiés lors des pics de pollution comme les personnes diabétiques, immunodéprimées, souffrant d'affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux) doivent limiter leurs déplacements sur les axes routiers et à leurs abords aux périodes de pointe, limiter les activités physiques et sportives intenses autant en plein air qu'à l'intérieur et limiter les sorties durant l'après-midi.

De manière générale, veillez à ne pas aggraver les effets de cette pollution par la pratique d'activités émettrices de substances polluantes (consommation de tabac) et ne modifiez pas vos pratiques habituelles d'aération et de ventilation.

Recommandations comportementales

relatives aux sources fixes de pollution :
- maîtriser la température dans les bâtiments en limitant l'utilisation du chauffage

pour les usagers de la route :
- réduire sa vitesse sur l'ensemble de la région Île-de-France
- utiliser des véhicules peu polluants
- différer ses déplacements
- privilégier le covoiturage
- emprunter de préférence les transports en commun
- privilégier les modes actifs de déplacements (marche, vélo...)
- utiliser les possibilités mises en place au sein des établissements professionnels afin d'aménager les déplacements domicile-travail ( plan de mobilité, télétravail, adaptation des horaires...)

lorsque le déclenchement de la procédure concerne l'ozone :
- ne pas aggraver les effets de la pollution par la pratique d'autres activités émettrices de substances polluantes
- éviter l'utilisation de produits à base de solvants

lorsque le déclenchement de la procédure concerne les particules PM10 :
- éviter l'utilisation du bois en chauffage individuel
- ne pas brûler ses déchets verts à l'air libre
- limiter l'usage des véhicules diesel non équipés de filtres à particules


La Région agit

En Île-de-France, une procédure interdépartementale organise une série d'actions et de mesures d'urgence visant à réduire ou à supprimer l'émission de polluants dans l'atmosphère en cas d'épisodes de pollution et à en limiter les effets sur la santé humaine et l'environnement.

Un nouvel arrêté interministériel relatif aux déclenchements des procédures préfectorales est intervenu dans ce cadre le 7 avril 2016 puis a été modifié le 26 août 2016. La déclinaison en Île-de-France de ce nouveau dispositif fait l'objet d'un arrêté interpréfectoral qui a été consigné le 19 décembre 2016.

Plus d'informations sur le site essonne.gouv.fr

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn